Protocole SE Index du Forum
Protocole SE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Duo RP] Yes, your highness and majesty.
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Protocole SE Index du Forum -> RP - Terre -> Dreamon -> Le Quartier Bourgeois "Champs du Printemps"
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ciel Sonata
Humains

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 78
Humain Masculin Marionnettiste
Insignes: 81
Bénéfices: 1,04

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 21:25 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

En ce jour hivernal du vingt-sept décembre de deux mille cinq cinquante trois, dans l'allée principale des «Champs du printemps» les cerisiers mêlent leurs pétales avec les flocons de neige qui tombent sur l'allée, malgré l'air doux qui a commencé à s'installer en cette fin de semaine il est toujours conseiller de sortir couvert, sur le trottoir de gauche nous pouvons apercevoir de dos un individu habillé en bleu d'une façon assez noble, avec un chapeau haut de forme sur la tête, des bottillons bleus, une traîne bleue de quelques centimètre accrochée à son pantalon et une canne en bois foncé, il porte plusieurs sacs de magasin chic de la capitale, il remonte en solitaire l'allée principale, les fleurs de cerisiers qui tombent sur sa belle tenue.


Arrivé quelque mètre plus haut, un couple venant dans la direction opposée de ce garçon, vient alors à la rencontre de ce dernier, une vieille dame habillée de rose fait alors une révérence digne d'une roturière, se laissant tomber vers le sol comme une vulgaire vache, son mari ne fit pas mieux qu'elle, il inclina la tête en gardant son chapeau sur la tête, ce dernier tombant lamentablement au sol... Certainement ce qu'on pouvait appeler ses «nouveaux riches ».... Rattrapant ensuite son chapeau, lui et sa femme entreprirent une conversation avec cet enfant. Après avoir repris son chapeau, l'aristocrate entrepris alors une conversation avec l'enfant et sa femme.


Sa tenue 

 

    «Bonjour à vous Sir Sonata, quelle belle journée ne trouvez-vous pas ? » Demanda alors «l'aristocrate» à l'enfant que nous connaissions très bien ! Puisque c'était Ciel Sonata, après que le vieil s'exprima, l'enfant réponda ainsi après une véritable révérence, chapeau contre la poitrine et une gestuelle digne d'une scène d'opéra, il se releva et répondit donc. «Salutation, Monsieur et Madame Dubois... Eh bien pour tout vous avouez, je trouve que c'est une journée comme les autres... Avec une petite pointe d'humour. » Affirma-t-il en fin de phrase, affichant un léger sourire amusé en regardant les deux personnes qu'il visait en détournant la phrase pour être un peu plus amicale, la vieille dame répondit à la place de son époux en regardant l'enfant. « Il est bon de rire en ces temps bien sombres, jeune Ciel. C'était un honneur de vous revoir mon cher enfant. Au plaisir de vous revoir très vite. » Dit elle avant de repartir aux bras de son mari ne prenant même pas la peine de le saluer pour dire au revoir, enfin cela ne semblait déranger nôtre petit Ciel qui poursuivi alors sa route, regardant le ciel en souriant l’événement qui l'avait énormément marqué le vingt cinq décembre semblait être bien loin. Mais il semblait pas désirer retourner au Quartier-Commerçant, heureusement pour lui que les boutiques les plus chics de la capitale se trouvent aux «Champs du printemps »



Le manoir des Sonata était au bout de cette allée, nous avions pu le voir lorsque le Ciel rencontra cet enfant aux cheveux blonds, d'ailleurs il y repensait souvent, cet enfant lui avait fait très bonne impression et il s'attachait déjà assez facilement à celui-ci, peut-être à cause de sa ressemblance avec son frère et/ou par l’amabilité qu'il dégageait malgré qu'il était de classe moyenne.


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 21:25 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Elias von Symphonia
Anges

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2012
Messages: 98
Ange Masculin Répulsion — Attraction
Insignes: 93
Bénéfices: 0,95

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 22:35 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

    Maître Elias, sur son arbre perché, tenait en ses mains, des jumelles.
    Missionné part l'État, il aperçut son ami :

    « Oh ! Mais qui vois-je dans mes jumelles ? me demandais-je, plein d'ironie. Mais c'est le petit Ciel ! me répondis-je seulement après. »


Ce même Ciel, que j'avais rencontré quelques jours auparavant, venait de croiser un couple qui semblait être néophyte à haute société.

J'avais beau ne pas avoir de sang bleu, moi-même j'aurais été plus habile à imiter la plus parfaite des révérences. J'avais vécu Louis XIV, ne l'oubliez pas chère lectrice [et lecteur] !
Continuant d'observer le jeune ami, je fus soudainement curieux de connaître l'étendu de sa demeure.

Grande.

Et même très grande ! Quoi de plus étonnant pour une famille d'aristocrate ? Certes, ce n'était pas un Versailles ou un Buckingham Palace mais c'était suffisamment grand pour accueillir bon nombre d'anges qui passeraient leurs vacances sur Terre.

Alors que mon jeune ami s'apprêtait à franchir la grille de son portail, je descendis de l'arbre en sautant avant de l'interpeler, le sourire presque narquois au bout des lèvres.

« Eh bien jeune comte, êtes-vous déjà aveugle pour ne point remarquer le sosie de son frère sur cet arbre, perché ? »
_________________
« Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
Revenir en haut
Ciel Sonata
Humains

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 78
Humain Masculin Marionnettiste
Insignes: 81
Bénéfices: 1,04

MessagePosté le: Ven 28 Déc - 20:41 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

Ciel continuait sa marche solitaire dans cette allée au teint printanier, ne remarquant pas une colombe perchée sur un arbre avec des yeux assez grands pour le visionner d'assez près sans qu'il ne s'en aperçoive, sa traîne le suivant dans son sillage, l'enfant vêtu de bleu arriva au seuil des jardins de la demeure familiale, le garde posté à gauche du portail doré le salua simplement d'un signe de la tête et lorsque celui-ci vient alors le lui ouvrir... Éliot, le sosie du grand frère de Ciel descendit de son perchoir, jumelles à la main et s'adressa aussitôt à l'enfant qu'il avait rencontré quelques jours plus tôt. En se retournant, Ciel lui adressa un joyeux sourire alors que le garde venait se mettre entre eux.


    « Eh bien jeune comte, êtes-vous déjà aveugle pour ne point remarquer le sosie de son frère sur cet arbre, perché ? » Voulant alors s'approcher de son ami, le garde se mit entre-eux et s'adressa aussitôt à Éliot. «Veuillez bien m'excusez jeune enfant mais je vous demanderais gentiment de ne pas importu'...» Ce faisant rapidement couper par le comte Sonata, l'enfant regarda le garde en s'exprimant. «... Il ne sera pas nécessaire de faire cela, Monsieur, laissez-le passer, c'est un ami à moi.» D'un air étonné, le garde regarda son «Ami» de haut en bas avant de s'excuser après s'être écarté, s’éclaircissant la gorge, de peur d'avoir offensé l'un d'eux. «Veuillez m'excuser. Monsieur...» Dit-il en saluant Éliot en inclinant simplement la tête, au garde-à-vous. Il attrapa la main de son camarade, regroupement tous ses paquets dans son autre main, le faisant donc entrer dans l'allée sableuse et enneigée qui mène à la porte de sa demeure, le garde ferma le portail après que l'enfant à la chevelure dorée pénétra dans l'enceinte du domaine. Il répondit à la question que lui avait posé précédemment Éliot en le regardant après un doux sourire. « Être aveugle ne signifie rien, même sans voir il est toujours possible de se retrouver dans le monde qui nous entoure... J'étais simplement dans mes pensées, navré de ne pas avoir fait attention à ta venue.» Avoua-t-il en souriant de nouveau, les deux enfants restant près du portail principal, une femme à la chevelure argentée sortit alors d'une haie de buissons enneigés, vêtue d'un long manteau en laine ouvert, nous permettant de voir le reste de sa tenue de couleur marron et de facture assez noble vient alors vers eux, regardant un instant l'enfant à la chevelure dorée, lui faisant une noble et gracile révérence à son attention, lui adressant la parole d'une voix distinguée et très claire.
Lysa Sonata 

    «Mes hommages, jeune enfant... Cela doit bien être la première fois que je vous vois accompagné d'un camarade mon cher Ciel.» Termina-t-elle sa phrase en regardant son fils d'un est attendrie, ce dernier venant lui répondre aussitôt. « Mère, laissez-moi v'...» La jeune femme coupa gentiment son fils avant de s'adresser de nouveau à l'enfant à la chevelure blonde. «Il est tout bien naturel que je me présente tout d'abord... Je suis... Dit-elle en faisant de nouveau une gracile révérence... Lysa Sonata femme du comte Arthur Sonata. C'est un enchantement de faire votre connaissance.» Termina la jeune femme en se relevant aussi distinctement.



À peine qu'il pénétrait presque dans la demeure de cette famille qu'Éliot rencontrait déjà la magnifique mère de Ciel Sonate, nous avions déjà eu l'occasion, par deux fois, de pouvoir rencontrer cette fabuleuse et gentille femme, peut-être qu'en cette occasion, nous pourrons en apprendre un peu plus sur elle et peut-être même, si nous sommes chanceux... En apprendre beaucoup plus sur son passé !
_________________
Revenir en haut
Elias von Symphonia
Anges

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2012
Messages: 98
Ange Masculin Répulsion — Attraction
Insignes: 93
Bénéfices: 0,95

MessagePosté le: Ven 28 Déc - 22:01 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

Un molosse, inquiet pour son maître, s'interposa entre lui et moi :

« Veuillez bien m'excusez jeune enfant mais je vous demanderais gentiment de ne pas importu'...
Il ne sera pas nécessaire de faire cela, Monsieur, laissez-le passer, c'est un ami à moi. »

Surpris, presque choqué, le gardien – que j'ai méprisé à la première ligne, n'en déplaise aux lectrices et lecteurs – me laissa passer après avoir attentivement observé mon accoutrement, certes moins traditionnel qu'aristocrate – ou bien moins aristocrate que traditionnel, c'est à votre bon plaisir.

« Veuillez m'excuser, Monsieur... »

Puis nous entrâmes dans le jardin des Sonata, après que Ciel eut saisi ma main comme la dernière fois. Je fus une fois de plus gêné mais je me gardais bien de le cacher.

Puis, Ciel m'adresse ces mots non sans sourire :

« Être aveugle ne signifie rien, même sans voir il est toujours possible de se retrouver dans le monde qui nous entoure... J'étais simplement dans mes pensées, navré de ne pas avoir fait attention à ta venue. »

Je ne répondis pas, me contentant de rendre son sourire bien que moins prononcé. Je me rappelai alors de la raison pour laquelle je fus venu en ces lieux.

    [ Vingt-quatre heure plus tôt ]

    « Messieurs, si je vous ai fait réunir aujourd'hui... »

    Au milieu de deux autres hommes dont le rang était identique au mien, j'écoutais attentivement les instructions de notre chef d'équipe.

    « C'est pour vous faire part des craintes de son excellence, monsieur le Premier ministre ! »

    Nous étions dans le bureau. C'était un endroit où on étouffait et il ne me semblait pas bon de travailler dans un tel lieu. Seuls, deux plantes disposés derrière le bureau faisaient guise de fraicheur.

    « Il n'est pas exclu que la noblesse ou la bourgeoisie soit à l'origine de cette tentative d'assassinat. »

    Notre chef, monsieur de Maintenon, français d'origine, était un charismatique trentenaire. Il avait travaillé au service de l'État durant presque toute sa vie. Vêtu d'un costume noir et les cheveux bruns, fixé habilement pas du gel, il poursuivit.

    « Aussi, il est de notre devoir d'arrêter tout complot visant à détruire la stabilité de notre chère nation. »

    Un homme dévoué à la société qui l'avait vu grandir...

    « C'est pourquoi, je vous ordonne de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour déjouer les plans des terroristes ! »

    Alors, en position comme à l'armée, nous nous écriâmes ensemble :

    « Yes my lord! »

Ce fut ainsi la raison qui justifia ma présence en ces lieux. Est-ce que la famille Sonata était impliquée ? Il m'en convenait de le découvrir.

« Mes hommages, jeune enfant... Cela doit bien être la première fois que je vous vois accompagné d'un camarade mon cher Ciel. »

S'exclama-une gracieuse et élégante femme à la robe pure à mon ami. Était-elle la mère de Ciel ? Ou bien sa tante ?

« Mère, laissez-moi v...
Il est tout bien naturel que je me présente tout d'abord. Je suis... fit-elle en me saluant ... Lysa Sonata femme du comte Arthur Sonata. C'est un enchantement de faire votre connaissance. »

Si cette femme était impliquée à l'attentat de l'autre soir, il fallait alors que je découvre sa personne.

« Je suis moi même honoré de faire votre connaissance. » fis-je en faisant une révérence.

Je devais à partir de maintenant rester sur mes gardes. D'un autre côté, peut-être que j'étais trop méfiant ?
_________________
« Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
Revenir en haut
Ciel Sonata
Humains

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 78
Humain Masculin Marionnettiste
Insignes: 81
Bénéfices: 1,04

MessagePosté le: Sam 29 Déc - 20:47 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

Lysa Sonata 



 
 
Lysa semblait bien apprécier l'enfant à la chevelure de blés, lui faisant une noble révérence, ce qui était pour sa classe sociale, remarquable, il lui réponda alors sans pour autant se présenter, comme il aurait dû le faire par politesse.. Enfin, avait-il seulement oublier de le faire ? Peut-être que oui, peut-être que non. Poursuivant la discussion d'elle même elle demanda alors les raisons de la venue d'un roturier sur le domaine des Sonata.


    « Je suis moi même honoré de faire votre connaissance. » Dit alors l'enfant comme nous l'avions souligné un peu plus haut, lui faisant donc sa révérence, elle le regarda faire avant de l’interroger sur un point... Ou deux. « Votre manière de vous exprimer ainsi que la noblesse dans votre révérence m’interroge sur un point... Même peut-être deux. Dites-moi si je suis indiscrète mais comment un enfant de votre classe sociale peut avoir tant de noblesses dans sa gestuelle, peut-être étiez-vous de parents nobles ? Et aussi, si vous n'êtes qu'un simple roturier, que venez-vous faire ici, m'peut-être... Pour simplement rendre visite à notre jeune Ciel ? » Demanda-t-elle donc à Éliot avant de se tourner vers son enfant, lui débarrassant de tous les paquets qu'il portait à une main en venant lui déposer un doux baiser sur la jour gauche, elle regarda ensuite sa demeure en s'adressant par la suite aux deux enfants. « Enfin, vous aurez l'occasion de me répondre lorsque vous serez rentré dans la demeure de mon cher mari, suivez-moi, nous aurons plus de facilité de discuter au chaud ».

Et c'est sur ces mots que la jeune femme mena les deux enfants jusqu'à l'entrée du manoir, une grande porte en bois décorée non seulement de décoration de Noël mais aussi de sculptures étranges, mettant en scène de petits personnages dans de petites vignettes en bois, comme une petite histoire sous forme de bande dessinée. Elle ouvrit donc la porte et laissa les deux enfants pénétrer tout d'abord dans le hall principal du manoir, refermant donc derrière elle la porte.

Le hall était partagé en deux parties, le rez-de-chaussée avec des murs boisés et marbrés, un sol totalement marbré avec des formes de carreaux, habillé d'un beau tapis rouge qui menait jusqu'à l'escalier principale qui se divisait en deux pour mener à la mezzanine qui surplombait le hall. Ce dernier était éclairé d'un unique chandelier éclatant accroché à une chaîne supportée par le grand dôme marbré qui se trouvait tout en haut. Pour soutenir la mezzanine, des colonnes en bois soutenaient cette dernière laissant paraître deux doubles, une menant certainement à l'aile l'ouest et une autre à l'aile opposée.

En nous intéressant de nouveau vers l'escalier, deux passages en pierres grises semblaient mener derrière les fondations de l'escalier, que pouvait-il y avoir de l'autre côté ? Pour le moment nous ne pouvions le savoir. Dans l'ensemble le hall était magnifique malgré peut-être l'absence de plus de zone lumineuse, il était cela-dit clairement décoré d'un grand sapin de Noël qui trônait à gauche de le grand escalier et des guirlandes un peu partout, sur la rampe des escaliers ou de la mezzanine ou bien sur les colonnes boisées. C'était non seulement pour Éliot mais nous également que nous découvrions cette demeure qui d'arrivée nous semblait gigantesque.

Alors que Ciel était occupé à poser son chapeau sur le porte-manteau, sa mère était aux côtés d'Éliot alors qu'une servante venait prendre les paquets qu'elle avait en mains, Lysa lui souriait aimablement avant que la servante ne s'éclipse avec hâte vers la double porte de gauche. Ciel regarda sa mère en lui demandant pour qu'elle raison il y avait il autant d'agitation aujourd'hui. Il est vrai que de voir une servante ne pas dire «Bonjour» et de si vivement partir ne semblait pas être commun dans la demeure des Sonata.




Ciel Sonata   



    «Mère, pourquoi il semblerait y avoir tant d'agitation aujourd'hui ? » Demanda alors l'enfant qui venait de retirer son chapeau, cette dernière le regarda d'un air surprise et étonnée, il semblerait qu'aujourd'hui sois un jour important... «Eh bien mon enfant... Auriez-vous oublié que ce soir ou demain, tôt dans la matinée, votre cher frère, Kalis, sera là pour partager avec nous le nouvel An ? » L'enfant alors souria largement en sautillant joyeusement, l'air tout excité à la venue de son cher frère et en plus content de cette nouvelle, il se mit alors à regarder son camarade et lui sourit aussi avant d'annoncer à sa mère... «D'ailleurs mère ! Ne trouvez-vous pas que mon ami ressemble à Kalis ?!! » Demanda Ciel en sautillant autour de son camarade blond, sa mère vient alors se mettre en face d'Éliot tout en détaillant son visage précisément avant de répondre à son enfant. «Il est vrai mon cher fils qu'il y a un net ressemblé sauf... Sauf au niveau des yeux, votre ami n'a pas les yeux aussi verts qu'une émeraude comme votre frère. » Lui répondit-elle en souriant aimablement à Éliot avant d'attendre qu'il ne poursuive la conversation de tout à l'heure, ajoutant donc par la suite. «Bien, où en étions-nous déjà ? » Demanda-t-elle en regardant les deux enfants qui la regardaient eux aussi.



    _________________
    Revenir en haut
    Elias von Symphonia
    Anges

    Hors ligne

    Inscrit le: 07 Déc 2012
    Messages: 98
    Ange Masculin Répulsion — Attraction
    Insignes: 93
    Bénéfices: 0,95

    MessagePosté le: Dim 30 Déc - 01:13 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

    Alors que je finissais même ma révérence, la noble dame à laquelle j'avais à faire me regarda un instant avant de poursuivre.

    « Votre manière de vous exprimer ainsi que la noblesse dans votre révérence m’interroge sur un point... Même peut-être deux. Dites-moi si je suis indiscrète mais comment un enfant de votre classe sociale peut avoir tant de noblesses dans sa gestuelle, peut-être étiez-vous de parents nobles ? Et aussi, si vous n'êtes qu'un simple roturier, que venez-vous faire ici, m'peut-être... Pour simplement rendre visite à notre jeune Ciel ? »

    Des parents nobles ? Mais était-il donc possible de ne pas savoir faire une révérence alors que l'on avait vécu près de sept mils ans, dans tous les milieux sociaux qui pouvaient exister ? Bien sûr, je n'allais pas révéler cela.

    Derrière tout cela, la mère de Ciel était, à l'instar de tout noble qui pouvait exister, très méprisante de part ses propos. En effet, « qu'un simple roturier ». Mais quel Mortel aurait toléré une telle insulte ? Je voyais là blasphème envers le représentant de Dieu sur Terre. Je ne pouvais toutefois que pardonner l'ignorance de cette femme aux manières nobles. Toutefois, que restait-il de "noble" dans l'aristocratie d'aujourd'hui ? Sous Louis XIV ? Sous Clovis ? Sous l'Empire Romain ? La seule et véritable noblesse que je ne pouvais reconnaître n'était qu'autre que celle des gens qui étaient au service de leurs prochains, une noblesse primitive ayant laissé place à une noblesse arrogante et méprisante, il y avait de cela, plusieurs millier d'années.

    Quoi qu'il en était, si cette dame n'était pas la mère de mon ami, je lui aurais probablement joué une machination.

    « Enfin, vous aurez l'occasion de me répondre lorsque vous serez rentré dans la demeure de mon cher mari, suivez-moi, nous aurons plus de facilité de discuter au chaud »

    Comme je m'y attendais, la résidence était digne de celle des aristocrates des temps passés. De magnifiques boiseries ornaient les murs du manoir, un tapis rouge trônait au milieu du hall au sol marbré. C'était presque un mini-Versailles si je pouvais dire. Je fis mine d'être impressionné par la luxueuse demeure.

    Une domestique, par la présence alléchée, vint prendre les paquets de l'aristocrate qui lui fit un sourire avant de repartir rapidement. Cette hâte attisa la curiosité du jeune ami, qui sans gène, posa la question à sa mère.

    « Mère, pourquoi il semblerait y avoir tant d'agitation aujourd'hui ? »

    Surprise, presque choquée, l'intéressée lui répondit non sans exprimer son étonnement.

    « Eh bien mon enfant... Auriez-vous oublié que ce soir ou demain, tôt dans la matinée, votre cher frère, Kalis, sera là pour partager avec nous le nouvel An ?
    D'ailleurs mère ! Ne trouvez-vous pas que mon ami ressemble à Kalis ?!! »

    Ce fameux Kalis auquel je ressemblais (on peut toutefois se demander si ce n'était pas plutôt lui qui me ressemblait dans la mesure où j'étais plus âgé).
    Je fus presque gêné que Ciel évoqué cette ressemblance.

    « Il est vrai mon cher fils qu'il y a un net ressemblé sauf... Sauf au niveau des yeux, votre ami n'a pas les yeux aussi verts qu'une émeraude comme votre frère. » répondit-elle en me souriant aimablement.

    Une fois de plus, la noble dame ne manqua pas de me rappeler indirectement la prétendue pureté de la noblesse. Je lui rendis son sourire de manière toutefois gêné.

    Puis je pris la parole, d'un ton assuré :

    « Madame, vous aviez tout à l'heure évoqué la perfection de ma révérence et vous songiez que j'aurais des ascendances nobles. Même si cela était vrai, mes manières ne peuvent dépendre de mes ancêtres, car l'aristocratie allemande a disparu il y a fort longtemps contrairement à la noblesse anglaise. Je vous prie toutefois d'excuser mon impolitesse, je suis né Elia... Él... Euh, Éliot Schneider. »

    Que m'arrivait-il ? J'avais failli dévoiler mon nom véritable. Mais je repris comme si de rien n'était, d'un ton toujours assuré, presque en souriant.

    « Et ma présence en ces lieux est effectivement justifiée par la volonté de rendre visite à votre fils, Ciel, dont je ne prétendrais aucunement vouloir devenir ami avec en votre présence, car, n'en déplaise à la noblesse de l'État qu'est devenu l'Europe, qu'un roturier devienne ami avec un des leurs. »

    Réussir une telle improvisation de l'usage d'un registre aussi soutenu relevait de l'exploit pour un "roturier".

    « Bien, où en étions-nous déjà ? »
    _________________
    « Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
    Revenir en haut
    Ciel Sonata
    Humains

    Hors ligne

    Inscrit le: 05 Déc 2012
    Messages: 78
    Humain Masculin Marionnettiste
    Insignes: 81
    Bénéfices: 1,04

    MessagePosté le: Dim 30 Déc - 16:04 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

    Lysa Sonata 

     

     
    Écoutant attentivement les dires du jeune enfant, Lysa, ne détachait pas son regard de l'enfant alors que juste derrière elle, plusieurs femmes de chambre se hâtèrent elles aussi vers la double porte de gauche, saluant simplement d'un hochement de leurs têtes pour dire bonjour aux deux enfants, disparaissant rapidement derrière la porte, prenant au moins la peine de la fermer et pendant ce temps là, Éliot monologuait, la mère de Ciel l'écoutant toujours avec autant d'attention tout en gardant son sourire.

      « Madame, vous aviez tout à l'heure évoqué la perfection de ma révérence et vous songiez que j'aurais des ascendances nobles. Même si cela était vrai, mes manières ne peuvent dépendre de mes ancêtres, car l'aristocratie allemande a disparu il y a fort longtemps contrairement à la noblesse anglaise. Je vous prie toutefois d'excuser mon impolitesse, je suis né Elia... Él... Euh, Éliot Schneider. » La noble dame caressa sa nuque avec sa main droite en écoutant l'enfant, fronçant un sourcil lorsque ce dernier bafouilla son prénom, une interrogation qu'elle ne manqua après qu'il est eut le temps de terminer, de poser, commençant tout d'abord par... « Vous n'avez point à vous expliquer à ce sujet jeune enfant, je ne suis pas un modèle de noblesse à proprement dit, je ne suis pas née de sang noble ni dans un pays qui a pu l'être comme l'Allemagne, la France où bien même l'Angleterre qui même aujourd'hui a gardée cette noblesse comme vous l'avez souligné » Elle mit un petit moment d’arrêt dans son monologue, avant de poursuivre sur un autre sujet. «Il n'est pas nécessaire que vous-vous excusez mon cher Éliot, même si je m’interroge à propos de votre prénom. Arrêtez-moi toutefois si ceci est indiscret mais, il me semble vous avoir entendu dire juste avant «Élia» est-ce peut-être un surnom ? » Demanda donc la noble dame en souriant une fois encore à l'attention de ce même enfant, alors que pendant ce temps-là, Ciel restait silencieux, laissant nos deux interlocuteurs poursuivent leurs discussions qui se poursuivit ensuite par une nouvelle intervention d'Éliot. « Et ma présence en ces lieux est effectivement justifiée par la volonté de rendre visite à votre fils, Ciel, dont je ne prétendrais aucunement vouloir devenir ami avec en votre présence, car, n'en déplaise à la noblesse de l'État qu'est devenu l'Europe, qu'un roturier devienne ami avec un des leurs. » Lysa souria d'un air amusée par les propos de cet enfant et après qu'il est terminé de s'exprimer, elle lui répondit ainsi. « Être roturier ne signifie pas pouvoir devenir ami avec une personne de sang noble, d'ailleurs les amitiés sont toujours bien plus fortes lorsque l'argent ne rentre pas en ligne de compte. Voyez-vous, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, je ne suis pas de sang noble, pourtant cela ne m'a pas empêchée de me marier avec un noble aristocrate. À partir du moment où vous êtes capable de prendre votre destin en main, la noblesse, la classe moyenne ou la pauvreté ne sont que superficielles.» S'exprima donc la noble femme avec un ton soutenu et stable dans ses dires, souriant toujours aussi aimablement à l'enfant à la chevelure dorée, elle regarda de nouveau des employés de la maison ouvrir la double porte de gauche avant de regarder de nouveau nos deux jeunes amis. «Si votre ami désire rester ici pour la nuit, je n'y verrais pas d'inconvénients, toutefois je vous demanderais mon cher enfant de bien vouloir en parler à votre père... Enfin je me précipite un peu trop je dois l'avouer, il faudrait aussi que les parents de votre ami soient d'accord, mais il se fait déjà assez tard.» Demanda Lysa en s'adressant cette fois-ci à son propre fils.



    Ciel Sonata 
      L'enfant semblait surpris par la proposition de sa mère et même gêné par cela, il regarda son camarade en lui souriant doucement avant de s'adresser à sa mère. «Eh bien euh... Je n'y avais pas pensé, mère, mais si père et Éliot... Sans oublier ses parents !... Sont d'accord pour qu'il reste ici cette nuit, ça me ferait plaisir à moi aussi !!» S'exclama l'enfant en sautillant contre le sol en souriant à sa mère, cette dernière venant lui répondre. «Votre père est dans son bureau, s'il est d'accord pour que vous puissiez rester ici Éliot, vous pourrez toujours appeler vos parents si vous n'avez actuellement sur vous aucun moyen de les contacter.» Ciel hocha vivement la tête en regardant sa mère s'exprimer avant qu'elle ne poursuive par. « Je vais hélas devoir vous laisser là-dessus jeunes enfants, je vais aller aider pour préparer la chambre de votre frère. Ce fut un honneur de vous rencontrer, Éliot et à une prochaine rencontre dans ce cas. Au revoir ou alors à tout à l'heure. » Prononça cette dernière avant de refaire une gracile révérence à l'intention des deux enfants et avant qu'elle ne passe la double porte de gauche, Ciel lui répondit. «À tout à l'heure maman !»

    _________________
    Revenir en haut
    Elias von Symphonia
    Anges

    Hors ligne

    Inscrit le: 07 Déc 2012
    Messages: 98
    Ange Masculin Répulsion — Attraction
    Insignes: 93
    Bénéfices: 0,95

    MessagePosté le: Dim 30 Déc - 23:59 (2012)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

    La perspicacité de la noblesse toucha à un point sensible.

    « Il n'est pas nécessaire que vous-vous excusez mon cher Éliot, même si je m’interroge à propos de votre prénom. Arrêtez-moi toutefois si ceci est indiscret mais, il me semble vous avoir entendu dire juste avant «Élia» est-ce peut-être un surnom ? »

    Ça aurait pu être pire : j'avais failli dire "Élios".

    Bien, quelle excuse allais-je inventer ? Que oui c'était effectivement un surnom d'enfance ou bien que ma langue avait fourchée ?

    « Eh bien... fis-je, gêné, En effet. C'est un surnom qu'une amie d'enfance m'avait attribué durant la période où je savais à peine lire. Il faut croire que ça m'a marqué jusqu'à présent donc, je vous prie de pardonner mon erreur :3 »

    Puis l'aristocrate me répondit sur ma deuxième parole :

    « Être roturier ne signifie pas pouvoir devenir ami avec une personne de sang noble, d'ailleurs les amitiés sont toujours bien plus fortes lorsque l'argent ne rentre pas en ligne de compte. Voyez-vous, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, je ne suis pas de sang noble, pourtant cela ne m'a pas empêchée de me marier avec un noble aristocrate. À partir du moment où vous êtes capable de prendre votre destin en main, la noblesse, la classe moyenne ou la pauvreté ne sont que superficielles. »

    Un discours digne des femmes politiques de gauche, favorisant l'égalité sociale pour tous.

    Derrière, les domestiques passaient et repassaient, nous saluant de la tête avant de repartir hâtivement. La mère de famille reprit la parole :

    « Si votre ami désire rester ici pour la nuit, je n'y verrais pas d'inconvénients, toutefois je vous demanderais mon cher enfant de bien vouloir en parler à votre père... Enfin je me précipite un peu trop je dois l'avouer, il faudrait aussi que les parents de votre ami soient d'accord, mais il se fait déjà assez tard. »

    Rester pour la nuit ? Ma foi, puisque c'était dans le cadre de ma mission, pourquoi pas ? Ciel, surpris, me regarda avec sourire, semblant gêné puis répondit avec tant d'enthousiasme :

    « Eh bien euh... Je n'y avais pas pensé, mère, mais si père et Éliot... Sans oublier ses parents !... Sont d'accord pour qu'il reste ici cette nuit, ça me ferait plaisir à moi aussi !!
    Votre père est dans son bureau, s'il est d'accord pour que vous puissiez rester ici Éliot, vous pourrez toujours appeler vos parents si vous n'avez actuellement sur vous aucun moyen de les contacter. »

    Elle marqua une pause avant de reprendre.

    « Je vais hélas devoir vous laisser là-dessus jeunes enfants, je vais aller aider pour préparer la chambre de votre frère. Ce fut un honneur de vous rencontrer, Éliot et à une prochaine rencontre dans ce cas. Au revoir ou alors à tout à l'heure. »

    Elle parlait comme si ce n'était pas sûr qu'on puisse se revoir. Ainsi, dans une famille d'aristocrate, il n'était pas sûr de se voir fréquemment en raison de l'immensité de la demeure ? Même pour le dîner ?

    « Eh bien, mes parents seront très certainement favorable à votre invitation à laquelle j'aurais du mal à décliner. De plus, il me plairait grandement de pouvoir passer du temps avec Ciel. Cela ne fait pas longtemps que nous sommes devenus amis vous savez :3 »
    _________________
    « Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
    Revenir en haut
    Ciel Sonata
    Humains

    Hors ligne

    Inscrit le: 05 Déc 2012
    Messages: 78
    Humain Masculin Marionnettiste
    Insignes: 81
    Bénéfices: 1,04

    MessagePosté le: Mar 1 Jan - 20:53 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

    Restant dans le hall d'entrée en écoutant attentivement l'enfant à la chevelure d'or, Lysa attenda qu'il est terminé la discussion avant de passer la double porte pour allez à ses occupations, laissant nos deux jeunes amis ensembles dans le grand hall de la demeure familiale. La proposition de rester dormir pour la nuit ne semblait pas déplaire à Éliot, même si accepter cette invitation semblait être dans son propre intérêt, l'innocent Ciel était plutôt content d'avoir un véritable invité avec qui il pouvait s'amuser à la place de son grand frère. Restait à présent à convaincre le père de Ciel pour qu'Éliot puisse rester ici pour la nuit, nous avions pu rencontrer ce noble homme un bon nombre de fois et il ne semblait ne pas être du genre à refuser quoique ce sois à son enfant, c'était plutôt encourageant. Avant de ce diriger vers le bureau du comte, Ciel s'adressa à son camarade en lui prenant les mains tout en sautillant joyeusement au sol.


      « C'est fantastique si tu pouvais rester ici cette nuit, ça sera la première fois que quelqu'un que je connais viens dormir ici sans qu'il y soit un rapport avec les affaires de mon père... Que je suis content ! » Souria l'enfant à son camarade en arrêtant de sautiller sur place, poursuivant ensuite par. «Viens suis-moi on va aller voir mon père pour lui demander si tu peux rester ici ce soir ! »



    Pourquoi demandait de le suivre alors que Ciel tenait la main gauche de son camarade et l'amenait avec lui vers l'autre double porte? Il l'ouvrit alors et les deux enfants pénétrèrent alors dans une pièce faisant office de petite galerie d'art, le sol marbré et les murs tapissés de papier peints bleu foncé et décoré de plusieurs petits tableaux datant approximativement du XIVéme siècle, une sculpture en pierre trônait au milieu de la pièce, représentant une femme tenant dans sa main gauche un vase et dans l'autre une torche, dans le petit coin gauche de la pièce un rideau rouge cramoisie semblait cacher une petite pièce derrière, peut-être une remise où entreposer les œuvres d'art et dans le coin droit, une porte en bois blanche où se dirigeait Ciel accompagné de son camarade.


    Passé la porte, Ciel et Éliot se trouvaient à présent dans un couloir très bien éclairé et à la moquette blanche et aux murs boisés et habillés de papiers peints blancs également, plusieurs fenêtres donnaient un effet plus éveillé au couloir, laissant paraître le noir de la nuit qui c'était très rapidement installée, tournant à gauche le couloir se poursuivait un peu plus, il n'y avait qu'un employé de maison qui s'occupait de nettoyer les bibelots posés sur des tables en bois un peu partout dans le couloir. Au bout de celui-ci se trouvait une nouvelle double porte en bois marron, Ciel l'ouvrit et une nouvelle pièce se découvrit alors, un couloir au sol parqué et aux murs peints de blancs étaient parsemés de plusieurs petites portes, en se dirigeant vers l'une d'elles, le bruit fracassant d'un meuble qui semblait être tombé gronda dans le couloir, accompagné d'un cri aiguë et d'une plainte d'enfant ce qui stoppa dans sa hâte le petit Ciel Sonata ainsi que son camarade.



    Vous êtes ici 

     

    Le bruit semblait venir de derrière le mur près de la porte menant au couloir, pourtant il n'y avait eu qu'un simple employé dans ce couloir lorsque les deux enfants passèrent porte de ce dernier, c'est d'ailleurs sans plus tarder que ce même employé pénétra à son tour dans le couloir en hâte et demanda expressément avec un minimum d’amabilité.


      «Qu'... Qu'est-ce qui se passe ici ?! Monsieur le comte ? » L'employé s'adressait bien au jeune Ciel Sonata qui tenait la main de son camarade, interrompus dans leurs marches vers le bureau du maître de maison, Ciel répondit alors à ce dernier. «Je ne sais pas, Monsieur, il semblerait que ça provient du petit salon de père...» Affirma sans trop en être certain l'enfant vêtu de bleu. « Je vois vous devriez rester ici que j’aille... Euh avant tout, Monsieur Sonata, qui est cette personne qui vous accompagnes ? Ce n'est pourtant pas votre grand-frère, il n'arrive quand fin de soirée... Et que suis-je bête il est en fauteuil-roulant en plus... » Dit maladroitement l'employé de maison en regardant le compagnon de Ciel, ce dernier lui répondit de nouveau. «Ah, vous aussi vous trouvez qu'il ressemble à Kalis ?! Hihi, il s'appelle Éliot et c'est un ami à moi qui vient passer la nuit ici. » L'employé semblait afficher un petit sourire amusé, certainement surpris de voir un «Ami» de Ciel passer une nuit ici, il rétorqua par. «C'est surprenant dites-moi... Enchanté de vous rencontrer, Monsieur, mais nous devrions plutôt nous intéresser à ce qu'il vient de ce passer.» Aussitôt, l'employé s'en alla en tournant à gauche du couloir, Ciel prit une expression un peu moins amicale en voyant ce dernier partir. « A être maladroit comme ça, c'est lui qui finira en fauteuil-roulant...» Avoua d'un air boudeur l'enfant vêtu de bleu avant de soupirer.






      _________________
      Revenir en haut
      Elias von Symphonia
      Anges

      Hors ligne

      Inscrit le: 07 Déc 2012
      Messages: 98
      Ange Masculin Répulsion — Attraction
      Insignes: 93
      Bénéfices: 0,95

      MessagePosté le: Jeu 3 Jan - 23:10 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

      La maîtresse de maison retourna à ses occupations quand notre discussion eut prit fin. Ciel se réjouissait de mon acceptation à l'invitation de sa mère. Étais-je réellement le premier ami du jeune aristocrate ? J'espérais alors, pour Ciel, ne pas en être son dernier.

      « C'est fantastique si tu pouvais rester ici cette nuit, ça sera la première fois que quelqu'un que je connais viens dormir ici sans qu'il y soit un rapport avec les affaires de mon père... Que je suis content ! »

      Le jeune enfant sautilla de joie. Il était vraiment heureux que je passais la nuit chez lui ! J'étais embarrassé sur le coup, je n'aurais su pourquoi.

      « Viens suis-moi on va aller voir mon père pour lui demander si tu peux rester ici ce soir ! »

      Ciel était tellement excité, qu'avant même d'exprimer un mot, il me prit la main puis m'entraîna avec lui vers une course qui nous mènerait probablement vers le bureau du père de famille.

      Durant notre trajet, je pus apercevoir mais hâtivement la décoration intérieure, qui me semblait alors de fort bon goût. La galerie d'art, au sol et aux murs marbrés, réunissait de vieilles peintures datant d'il y avait de cela plusieurs siècles dont quelques unes que j'avais reconnu du XIVème siècle. Au centre, trônait une statue dont j'ignorais le sens artistique de son auteur probablement posthume.

      La galerie traversée, nous arrivions à présent dans un couloir à l'atmosphère à la fois sobre et conviviale. Des fenêtres laissait l'ambiance nocturne s'introduire dans les lieux. Longeant le chemin, nous rencontrâmes un employé, qui avant de nous saluer, était occupé à nettoyer les décorations posées sur les quelques tables en bois. Arrivé au fond du couloir, nous pénétrâmes alors dans une nouvelle pièce, toujours aussi luxueuse que conviviale.

      Un fracassement sourd suivi d'un cri d'enfant pré-pubère nous arrêta dans notre marche. Le même individu qui nettoyait la décoration pénétra à son tour dans la pièce et vint demander à mon jeune ami :

      « Qu'... Qu'est-ce qui se passe ici ?! Monsieur le comte ?
      Je ne sais pas, Monsieur, il semblerait que ça provient du petit salon de père...
      — Je vois vous devriez rester ici que j’aille... Euh avant tout, Monsieur Sonata, qui est cette personne qui vous accompagnes ? Ce n'est pourtant pas votre grand-frère, il n'arrive quand fin de soirée... Et que suis-je bête il est en fauteuil-roulant en plus...
      Ah, vous aussi vous trouvez qu'il ressemble à Kalis ?! Hihi, il s'appelle Éliot et c'est un ami à moi qui vient passer la nuit ici.
      — C'est surprenant dites-moi... Enchanté de vous rencontrer, Monsieur, mais nous devrions plutôt nous intéresser à ce qu'il vient de ce passer.
      poursuivit-il, presque amusé de me savoir invité »

      L'employé partit quand Ciel, d'un air boudeur :

      « A être maladroit comme ça, c'est lui qui finira en fauteuil-roulant... »

      Je ne comprenais pas ce qui se passait derrière la tête du camarade à ce moment là.

      « Eh bien, je ne pensais pas que je ressemblais tant que ça à ce fameux "Kalis" ! O_o J'aimerais bien pouvoir le rencontrer ! :3 »

      Mais que j'étais bête. J'ignorais si l'état de l'intéressé m'aurait permis d'entretenir une discussion sans trop d'effort de sa part, auquel cas, je m'en serais abstenu.
      _________________
      « Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
      Revenir en haut
      Ciel Sonata
      Humains

      Hors ligne

      Inscrit le: 05 Déc 2012
      Messages: 78
      Humain Masculin Marionnettiste
      Insignes: 81
      Bénéfices: 1,04

      MessagePosté le: Sam 5 Jan - 22:34 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

      Tout en regardant l'employé de maison accourir vers le lieu du drame, Ciel, restait près de son camarade, il ne semblait réellement pas se préoccuper de ce qu'il venait de se produire dans la pièce d'à côté, il leva la tête pour mieux voir le visage de son ami en lui souriant avec douceur avant d'écouter ce que celui-ci était en train de de lui dire. Ce dernier semblait vouloir une audience avec le frère du comte Sonata, quoi de plus normal alors qu'il n’arrête pas entendre parler de lui depuis qu'il connaît Ciel et sa ressemblance avec ce dernier.
        « Eh bien, je ne pensais pas que je ressemblais tant que ça à ce fameux "Kalis" ! Fit-il avec une expression d'étonnement sur le visage. J'aimerais bien pouvoir le rencontrer !» L'expression de son visage changea, elle devenait plus douce et il souriait gentiment à notre cher Ciel, celui-ci lui rendit son sourire en reprenant sa main tout en poursuivant la route vers le bureau de son père, en chemin il répondit alors à son partenaire. « Si il est en état de pouvoir te rencontrer ça serait avec grand plaisir de le faire alors ! » Répondit l'enfant en sautillant joyeusement dans le couloir, son camarade le suivant donc. Il arrivèrent au milieu du couloir, l'employé ressortait d'une pièce avec un jeune-garçon qu'il tenait par le col de son par-dessus, d'ici la pièce ressemblait à une cage d’ascenseur marbrée avec des sculptures sur chaque mur, il referma la porte derrière lui et relâcha l'enfant qui se croisait les bras en regardant le fils du maître de maison... S’appétant à être grondé. Ciel demanda alors. «Tiens, Eric qu'est-ce-que tu viens faire dans les parages ?.. » L'employé risqua de couper la parole à l'enfant en enchaînant de suite par. «Ce petit voleur était en train de fouiller dans l'armoire du salon du comte Sonata, Monsieur. » Ciel tourna la tête vers l'employé et lui renvoya ses paroles de la manière suivante. « Vous n'avez ni l'allure ni l'âge de cet enfant je présume. Alors pourquoi vous répondez à sa place, vous ne vous appelez point Éric, si ? » L'employé s’effaça aussitôt et laissa donc l'enfant s'exprimer à son tour. «Ze... Ze ne cherchais pas à vous voler, Monsieur le comte... Je voulais simplement trouver quelque chose à donner à, Monsier votre grand-frère à son retour de l'hôpital mais... Mais je n'ai pas d'argent. » Avoua donc l'enfant, il se contredisait tout de même un peu mais bon, il fallait soit que Ciel soit indulgent envers lui ou alors il le punirait ou demanderait à son père de le punir. « Vous là... Je vous prierais de bien vouloir l'accompagner pour qu'il puisse, avec le temps qu'il reste, acheter un petit quelque chose pour mon cher frère... Cela sera déduit de votre paye... Alors achète ce que tu veux, Éric. » Répondit Ciel en souriant à l'enfant, l'employé ne pouvait qu'obéir. Et c'est en prenant la main d’Éric qu'ils partirent tous les deux vers le couloir qui précédait le sillage de nos deux amis. Ciel se retourna pour regarder son camarade et lui expliquer qui était cet enfant. «Navré que tu es vue cela... Éric est l'enfant qui de l'ancienne gouvernante de mon père qui est morte il y a quelques années d'une maladie foudroyante, reconnaissant envers sa gouvernante, mon père a décidé de prendre la garde de son fils sans pour autant être un père pour lui. Simplement pour qu'il est un foyer. Enfin bref, le bureau de père n'est plus très loin... Allons-y ! »



      Et c'est en reprenant une nouvelle course que Ciel, accompagné de son ami qu'ils traversèrent ce couloir, une nouvelle double porte les attendaient au bout de ce dernier, Ciel l'ouvrit alors que plusieurs femmes de chambres passèrent en remerciant l'enfant de leur avoir ouvert la porte... Même indirectement ou sans le vouloir, elles portaient des bouillottes que l'on met sous les matelas des vieux lits d'époque.


      Après que le convoi fut passé, les deux enfants continuèrent leur marche jusqu'à tomber sur une porte en bois très foncé, ornée de dorure et de sculptures luxuriantes, deux lampions trônait sur chaque côtés de la porte, c'était donc ici que le maître des lieux devait passer le plus clair de son temps pour travailler...Ciel s'approcha de la porte et toqua deux fois contre la porte, une vois étouffé par l'espace séparant les deux jeunes enfants de l'individu pouvait être audible à leurs oreilles.


        «Entrez... »

        _________________
        Revenir en haut
        Elias von Symphonia
        Anges

        Hors ligne

        Inscrit le: 07 Déc 2012
        Messages: 98
        Ange Masculin Répulsion — Attraction
        Insignes: 93
        Bénéfices: 0,95

        MessagePosté le: Dim 6 Jan - 21:08 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

        Après que Ciel eu frappé à la porte du bureau du maître de maison, une voix noble et jeune – sûrement un trentenaire – nous invita à entrer :

        « Entrez ! »

        Mon ami ouvrit la porte, m'invita à entrer avant de me rejoindre en fermant préalablement la porte derrière lui. Cette pièce, était fort bien décorée et laissait une certaine sobriété. Des boiseries dorées ornaient les murs d'un blanc immaculé où étaient accrochés quelques toiles de l'ère victorienne. Des petites statues d'anges sculptées dans un contexte baroque décoraient le plafond et les lustres de cristaux. Les lieux étaient biens éclairés par les bougies à l'instar du couloir précédemment franchi : on se serait cru coupé du monde moderne ! Un somptueux bureau en bois massif trônaient au fond de la pièce où l'on pouvait apercevoir un siège tourné vers les fenêtres derrières. On entendait une voix en train de parler. Le père de famille semblait être au téléphone et nous dûmes attendre quelques minutes avant qu'il ne raccrocha pour s'occuper de nous.

        « Eh bien Ciel ! Ne me présentez-vous pas votre ami ? »

        Il avait immédiatement su que son fils et moi étions amis ? Ne s'était-il même pas demandé si j'étais un domestique ? Ou bien connaissait-il tous les domestiques de la maison ?

        Je ne laissai pas le temps à Ciel de me présenter. Je comptais le faire moi même, devant un personnage qui devait occuper une place importante dans la société des Mortels. Je débutai une révérence tout en m'exclamant :

        « Permettez-moi de me présenter par moi même Monsieur. L'on m'appelle Éliot et vous avez vu juste, je suis un ami de votre fils. »

        _________________
        « Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
        Revenir en haut
        Ciel Sonata
        Humains

        Hors ligne

        Inscrit le: 05 Déc 2012
        Messages: 78
        Humain Masculin Marionnettiste
        Insignes: 81
        Bénéfices: 1,04

        MessagePosté le: Dim 6 Jan - 22:25 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

        Arthur Sonata 

         

        Le noble comte était habillé d'un pull à manches courtes vert foncé, en guise de par-dessous une chemise d'un blanc immaculé agrémentée d'une cravate noire et un pantalon sobre de couleur grise on pouvait remarquer une chaîne qui dépassait de sa poche gauche, certainement une montre à gousset qu'il avait peut-être acheté à la tour de l'horloger ou qu'il possédait depuis son enfance, tenant en sa main gauche une canne en bois à poignet et métal il s'approcha de nos chers amis après qu'Éliot est eu le temps de se présenter. Son air impassible ne dégageait aucune surprise à la manière dont le camarade de Ciel s'était présenté, ni même de son accoutrement de roturier. Ciel avait-il parlé de ce cher Éliot à son paternel ? Nous le saurons... Bien assez tôt.


          « Alors voici dont... Ce fameux, Éliot dont je n’arrête pas d'entendre parler depuis quelques jours ? C'est pour m'à part mille et un honneurs de vous rencontrer enfin. Fit-il en s'inclinant avec grâce et noblesse, gardant sa prise contre sa canne avant de se redresser. Je suis quant à moi... Arthur-Philippe Sonata. Chef de famille et le Maître de cette demeure. » Aussitôt les présentations faites, Ciel accourra vers son père et vient passer ses mains autour de sa taille en se serrant contre lui, souriant. « Papa... Père ! Nous sommes venue te demander quelque chose... » Le noble recula de deux pas après avoir caressé la chevelure de Ciel en gardant ce visage inexpressif, et lui répondit. « Oh vraiment ? De quoi s'agit-il mon fils ? » Ciel regarda son camarade en affichant un large sourire qu'il renvoya à son propre père, lui demanda donc enfin. « Est-ce-que Eliot peut rester avec nous cette nuit ?! Tout en sautillant sur place, l'enfant se tenait les mains en regardant son papa. « Dormir ici vous voulez dire, eh bien... Mh pourquoi pas ? C'est rare que nous ayons des invitées surprises et ça change de toutes les personnes que nous avons pour habitude de côtoyer. C'est avec plaisir que j'accepte cette proposition, Ciel. » Et c'est cette fois-ci en se blottissant contre son camarade d'un air joyeux qu'il affichait un visage rayonnant, à la grande surprise de son père qui clignait des yeux en ayant un visage plus impassible que d'habitude avant d'esquisser un léger sourire amusé par l'action de son fils et c'est en s'approchant de son bureau, prenant une vieille pipe qui semblait dater de plusieurs siècles dans sa main il rajouta. « Il semblerait que cela vous ravi que votre «Ami » reste ici pour la nuit... Je me trompe ?Je vous demanderais simplement mon cher Éliot de bien vouloir contacter vos parents pour les prévenir de votre séjour en ces lieux. S'ils désirent vouloir me parler, je suis à votre disposition ici même J'irais demander à Edwards de bien vouloir chercher votre frère à l’hôpital avec votre mère.» S'écartant, enfin, de son camarade, resté blottis contre ce dernier tout le temps que le noble personnage eut le temps de s'exprimer il lui demanda en esquivant la question pourtant son visage le trahissant, devenant légèrement rouge par la gêne que son père était en train de lui infliger. . « Père ? Pensez-vous que Kalis pourra se joindre à nous pour le dîner, où devra-t-il encore rester dans sa chambre pour prendre son repas  ?.. » L’intéressé stoppa sa cueillette dans un écrin des herbes séchées qu'il commençait à déposer tranquillement dans sa vieille pipe, il regarda son fils avec une expression du visage incertaine. «Je ne saurais dire mon enfant... Si son médecin vient avec Stéphane, je le crains fort. Hélas, pourquoi ?» Ciel regarda alors de nouveau son camarade et en lui adressant un visage légèrement attristé et déçu il lui dit alors. «Désolé, Éliot, peut-être que tu ne pourras pas rencontrer mon frère ce soir. » Le père quant à lui alluma une allumette et commença donc à allumer du même coup sa pipe, il prit soin de bien ouvrir la fenêtre de son bureau et il prit alors de grandes inspirations, souriant alors à l'attention de son enfant, s'accoudant près de la fenêtre il reprit la conversation. « Je n'avais pas du mal à vous croire sur la véracité de votre amitié avec cet enfant mon cher Ciel, mais je n'aurais jamais pensé que vous sembliez être aussi proche... Même si je pense que vous devez être lassé d'entendre cela, vous deux vous me faites penser à Ciel et Kalis lorsqu'ils étaient plus jeunes et que la maladie de mon cher premier fils ne c'était pas encore déclarée... » Il n'eut droit comme réponse qu'un long silence, pour ceux qui savent ce que faisait Ciel et Kalis ensemble étant plus jeunes... Ce n'était pas que de l'amour fraternel qui les liés l'un à l'autre, l'histoire se répéterait-elle ? C'est en tout cas ce que se demandait peut-être le père de Ciel.

        _________________
        Revenir en haut
        Elias von Symphonia
        Anges

        Hors ligne

        Inscrit le: 07 Déc 2012
        Messages: 98
        Ange Masculin Répulsion — Attraction
        Insignes: 93
        Bénéfices: 0,95

        MessagePosté le: Lun 7 Jan - 01:02 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

        « Alors voici dont... Ce fameux, Éliot dont je n’arrête pas d'entendre parler depuis quelques jours ? C'est pour ma part mille et un honneurs de vous rencontrer enfin. fit-il en s'inclinant avec grâce et noblesse, gardant sa prise contre sa canne avant de se redresser. Je suis quant à moi... Arthur-Philippe Sonata. Chef de famille et le Maître de cette demeure. »

        Eh bien à ma grande surprise, il semblait que les chefs de famille existaient toujours au beau milieu du XXVIème siècle. Mon attention fut toutefois portée par la première partie de ses mots : Ciel parlait, semblait-il, régulièrement de ma sainte personne à ses parents, ce qui ne manqua pas de me gêner.

        Pour en revenir à la personne du comte Sonata, il incarnait bien le cliché universel d'un aristocrate occidental. Regard totalement impassible, droit, main à la canne et regard presque hautain. Je devais m'abstenir de juger à l'apparence. Peut-être que la personne était bonne ? Pour preuve, il fit preuve d'une extrême paternité avec son fils qui s'approcha de lui, en l'enlaçant.

        « Papa... Père ! Nous sommes venus te demander quelque chose...
        Oh vraiment ? De quoi s'agit-il mon fils ?
        Est-ce-que Eliot peut rester avec nous cette nuit ?! lui demanda-t-il après m'avoir sourit joyeusement.
        Dormir ici vous voulez dire, eh bien... Mh pourquoi pas ? C'est rare que nous ayons des invitées surprises et ça change de toutes les personnes que nous avons pour habitude de côtoyer. C'est avec plaisir que j'accepte cette proposition, Ciel. »

        Bien sûr, par « [..] ça change de toutes les personnes que nous avons pour habitude de côtoyer. », j'avais la sensation que le chef de famille ne manquait pas volontairement de faire référence à mes conditions sociales. Quoi qu'il en était, la nouvelle semblait réjouir Ciel qui sautillait de joie. Amusé par la réaction de Ciel, le père exprima enfin une émotion à son visage, un léger sourire. Il poursuivit, après avoir pris une pipe à son bureau :

        « Il semblerait que cela vous ravi que votre "ami" reste ici pour la nuit... Je me trompe ? Je vous demanderais simplement mon cher Éliot de bien vouloir contacter vos parents pour les prévenir de votre séjour en ces lieux. S'ils désirent vouloir me parler, je suis à votre disposition ici même. J'irais demander à Edwards de bien vouloir chercher votre frère à l’hôpital avec votre mère. »

        Mes parents ? Bien sûr your highness, je vais appeler un arbre du jardin d'Éden par téléphone, avec le forfait Éden de Orange Very Happy
        Bref, je fis une nouvelle révérence :

        « Monsieur me voit ravis de votre agrément.
        Père ? Pensez-vous que Kalis pourra se joindre à nous pour le dîner, où devra-t-il encore rester dans sa chambre pour prendre son repas ? »

        Dites oui, dites oui !

        « Je ne saurais dire mon enfant... Si son médecin vient avec Stéphane, je le crains fort. Hélas, pourquoi ? lui répondit-il après avoir alimenté sa pipe »

        Ciel, déçu, m'informa ce que le père m'avait déjà dit (indirectement).

        « Je n'avais pas du mal à vous croire sur la véracité de votre amitié avec cet enfant mon cher Ciel, mais je n'aurais jamais pensé que vous sembliez être aussi proche... Même si je pense que vous devez être lassé d'entendre cela, vous deux vous me faites penser à Ciel et Kalis lorsqu'ils étaient plus jeunes et que la maladie de mon cher premier fils ne c'était pas encore déclarée... »

        Eh bien donc ! Une fois de plus, on me rappela à ce fameux "Kalis" (dont je m'amusais psychologiquement à transformer le nom en "kaka"). Toutefois, le ton et l'expression avec lesquels le père s'adressa à Ciel me parut quelque peu étrange. Sous-entendait-il quelque chose par là ? Une CHOSE très grave, au delà du commun des Mortels ? Une CHOSE horrible qui est devenu un secret de famille, voir un secret d'État ? Une CHOSE assimilable à un pêché ?

        Non bien sûr, j'étais parano comme à mon habitude.

        _________________
        « Mortels, vous devez maîtriser votre destin ! »
        Revenir en haut
        Ciel Sonata
        Humains

        Hors ligne

        Inscrit le: 05 Déc 2012
        Messages: 78
        Humain Masculin Marionnettiste
        Insignes: 81
        Bénéfices: 1,04

        MessagePosté le: Lun 7 Jan - 23:02 (2013)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty. Répondre en citant

        Arthur Sonata 

        La discussion semblait se terminer alors que le noble père de famille continuait de fumer avec sa pipe, expirant toute la fumée à l'extérieur il regardait son petit jardin privé qui devait certainement être entretenu par une main verte tellement que le jardin était splendide même de cette taille. Il regarda l'heure avec sa montre qui était bien à gousset comme nous l'avions soupçonné précédemment. Il s'adressa ensuite aux deux jeunes hommes toujours d'un ton plat et sans expressions.



          « Bien, messieurs, je vous demanderais de bien vouloir m'excuser mais il commence à se faire bien tard et il faut que j'aille chercher Kalis. Ciel je te prie, pourquoi ne pas inviter ton camarade à visiter un peu le manoir pendant ce temps-là. Le dîner sera servi à 19h30 je vous retrouverais dans la salle à manger pour le souper, en espérant être accompagné de Kalis. Je fermerais après vous. » Ciel fit alors une jolie révérence à l'intention de son paternel, accompagné par son cher camarade, Éliot, avant de le saluer. «À tout à l'heure papounet ! » Dit alors l'enfant vêtu de bleu d'une manière assez enfantine, même pour son âge à dire vrai. Il prit alors la main de son ami et ouvrit la porte pour le faire sortir en premier avant d'adresser un joyeux visage à son père, fermant ensuite la porte derrière lui. Cependant, Arthur, à présent seul dans la pièce nous confia alors qu'il s’apprêtait à reprendre sa pipe. « Mh, c'est vrai qu'on dirait Ciel et Kalis réuni de nouveau... Tss, que cela est amusant... » Reprenant ensuite sa pipe en ricanant doucement, souriant d'un air amusé.




        Pendant ce temps-là, Ciel était donc occupé à faire visiter tranquillement la demeure de ses parents à son cher ami, Éliot, nous étions nous aussi convié en les suivants, nous-nous retrouvâmes dans le couloir de tout à l'heure, juste avant que Ciel et Éliot ne pénètrent dans le bureau, il prit alors vers la droite et ouvrit une porte en bois grise qui semblait avoir une poignée assez rigide et difficile à ouvrir, passé cette porte nous-nous retrouvions à présent dans un couloir en bois et tapissé d'un beau tapis rouge à motifs multiples, de la moquette de même couleur habillé les murs où plusieurs tableaux étaient accrochés.


        Tenant toujours la main de son partenaire, Ciel monta les escaliers qui se trouvaient sur le côté d'une petite cour intérieure, précédant en réalité le couloir, l'étage était exactement décoré de la même façon que le bas hormis le fait que cette fois-ci, les murs étaient décorés de trophées de chasse dont la plupart étaient des cerfs ou des biches, ils passèrent une nouvelle qui les mena vers un autre couloir qui ressemblait beaucoup au précédent sauf que les boiseries, la moquette sur les murs et les tapis avaient des teintes bien plus sombres, même si la luminosité était tout de même importante, cette atmosphère très sombre ne semblait pas être rassurante, n'imaginons même pas de nuit alors que tous les habitants de ces lieux dorment et que le bois travaille...


        Heureusement après être passé à gauche et passé la porte au fond du couloir nous changions une fois encore de pièce, le sol était carrelé et les murs étaient en pierres tout le long du couloir, les murs étaient décorés de magnifique sculpture qui semblait raconter l'histoire d'un métier ou d'une profession, mettant en scène des pantins et des poupées accompagnés par ceux que nous appelions les marionnettistes. Il y avait une énorme double porte en métal vert qui trônait au milieu du couloir et qui était gardée par deux chevaliers en armures. Ils passèrent ensuite une nouvelle porte qui était tout au sud du couloir et nous étions maintenant au-dessus du hall d'entrée où nous avions eu le droit à une conversation avec la mère de Ciel, le haut était aussi impressionnant que le bas même pour une simple mezzanine.


        Ce qui était certain c'est que ce manoir était gigantesque, rien que pour avoir fait tout ce chemin pour arriver à l'étage de la salle principale il s'était écoulé presque vingt minutes... Après être passé par une autre mezzanine qui surplombait l'immense salle à manger du manoir puis une porte qui se trouvait sur le côté gauche de cette dernière, nous-nous retrouvions dans un couloir simple, la luxure et la convivialité du manoir semblaient s’arrêter ici, nous étions dans les quartiers des employés de maison, le sol était parquet et les murs étaient marbrés et d'un blanc immaculé, alors que tout le long du chemin le manoir nous paraissait étrangement vide, tous les employés c'étaient rassemblés ici pour préparer l'arrivée du fils du comte, les serviettes valsées entres les différentes personnes, les draps étaient sortis et des vêtements qui semblaient ressortir des placards étaient acheminés à l'étage.


        Même si la luxure était bien moins présente dans cette partie du manoir, les décorations de Noël n'avaient pas délaissé cet endroit, il semblait même y en avoir plus ici que dans tout le reste du manoir. Tenant toujours la main de son camarade, Ciel se frayait un chemin dans le couloir pour prendre les marches et donc descendre plus bas, il y avait déjà beaucoup moins de monde qu'au premier mais l’effervescence était toujours présente, Ciel se retourna un instant pour sourire à son camarade et il tourna à droite pour ouvrit une autre porte et pénétrer dans un couloir aux couleurs sobre et grisâtre, même le bois l'était et c'est en voulant passer à gauche que le pauvre Ciel percuta une vieille dame qui semblait aussi être une employée de la maison, le choc fit atterrir Ciel sur son camarade, Éliot. Tout en posant ses mains sur les épaules de l'enfant, la dame lui adressa la parole.



          « Oh veuillez m'excuser mon petit Ciel, ... Monsieur de même. » Ciel d'un air gêné de se retrouver la tête la première sur le torse de son camarade s'avança pour venir sourire à la vieille dame et lui répondre. «Ce n'est rien, Madame la gouvernante, c'est ma faute, je ne vous avais pas vue arrivé... Pardonnez-moi. » Demanda-t-il en s'inclinant en avant à l'intention de la gouvernante. « Ce n'est pas la peine de faire tout cela mon cher enfant... » Dit-elle en aidant Ciel à se redresser, ce dernier afficha un léger sourire intimidé vers cette dame qui avait certainement été une seconde mère pour ce petit garçon, ce n'est qu'après qu'il se retourna pour sourire à son camarade mais il fut hélas interrompu par la vieille dame qui murmura à l'oreille de l'enfant. *Vous-vous souvenez de ce que je vous ai appris à propos des traditions des fêtes de fin d'année mon cher enfant . * L'intéressé regarda la vieille dame, ne comprenant pas ce à quoi elle faisait allusion. Secouant la tête ne sachant pas quoi répondre à cela. « Il est une tradition remontant à de très nombreux siècles qui conte que lorsque deux individus qui se retrouvent en dessous d'une branche de gui doivent s'embrasser et qui sait, peut-être que ces deux personnes se retrouveront de nouveau après la nouvelle année ou au lendemain de la naissance du Christ.» Ciel ne comprenait toujours pas pourquoi la gouvernante était en train de leur dire une chose pareille. « Pourquoi vous dites cela, Madame ? » La vieille dame ricana alors à la demande du jeune garçon et lui répondit par. « Ta mère m'a posée exactement la même question lorsque cela lui est arrivé. » Ciel clignait des yeux en regardant la vieille dame et il poursuivit par. « Et que lui avez-vous dit alors ? » Elle posa sa main sur son épaule et s'exprima dans une très vieille langue, remontant à tant de siècles... Poursuivant ensuite dans une langue bien française. « Audite, audientes cor. Un jour tu verras, ta poitrine chanteras et tu comprendras... Tu entendras SA voix, comme un cri au fond de toi. » Ciel fixait cette dame en clignant des yeux, les joues d'un rouge écarlates il la laissait s'avancer dans le couloir en finissant par. «Un jour tu verras, ton cœur chanteras. » Cela voulait-il dire que la relation entre le noble comte et la mère de Ciel avait débuté lorsque ces deux individus c'étaient alors, d'après ce que semblait nous avoir dit la vieille dame, retrouvé en dessous d'une branche de gui comme à cet instant ? Si cela était le cas et que l'histoire viendrait à ce répéter... Ciel n'était donc pas destiné à rester avec son frère de toute manière. Devant Éliot et de dos Ciel restait totalement silencieux et la voix de la vieille dame résonnait aussi bien dans sa tête que dans celle du jeune garçon à la chevelure dorée, comme un écho aussi audible que s'il avait été de nouveau prononcé. *Un jour tu verras, ton cœur chantera... Quand cela arrivera... Sa flamme t'embrassera.* Tout en restant silencieux même dans ses mouvements, Ciel se retourna dou.ce.ment et se passa ses bras autour du cou de son camarade, le tintement brutal de son cœur contre sa poitrine résonnait dans son esprit un peu comme il c'était alors produit après que la vieille dame ce sois retirée. La couleur de son visage c'était plus assombrie que lorsque la vieille dame était en train de leur parler, c'est joues étaient toutes rouges et dans un sentiment d'hésitation il se mordit alors la lèvre inférieure, laissant une goutte de sang perlée tomber au sol, de SI près, Eliot pouvait sentir tout comme nous cette odeur que nous avions déjà rencontré lorsqu'ils c'étaient retrouvés dans la rue des cafés du Quartier-Commerçant une odeur sucrée et vanillée semblait se préciser au niveau du visage l'enfant et ce n'est que lorsqu'il posa les siennes contre celles de son camarade que l'odeur se précisa encore plus sur les lèvres de l'enfant. En nous reculant un peu, il était possible de voir le reste du corps du jeune Ciel trembler, certainement à cause de la gêne et peut-être la peur d'être par la suite rejeté par son «camarade» Qui semblait faire chanter le cœur du petit garçon, et la flamme qu'il attisait venait se poser sur les lèvres de son ami.





          C'est alors que...

        _________________
        Revenir en haut
        Contenu Sponsorisé






        MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:42 (2018)    Sujet du message: [Duo RP] Yes, your highness and majesty.

        Revenir en haut
        Montrer les messages depuis:   
        Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Protocole SE Index du Forum -> RP - Terre -> Dreamon -> Le Quartier Bourgeois "Champs du Printemps" Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
        Aller à la page: 1, 2, 3  >
        Page 1 sur 3

         
        Sauter vers:  

        Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
        Template zenGarden created by larme d'ange | Modified by Nhil
        Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
        Traduction par : phpBB-fr.com